Les Groupements de Créateurs permettent à toute personne de développer sa propre activité :
association, entreprise, emploi... en savoir plus sur la démarche Groupement de Créateurs
Votre actualité

Les Groupements de Créateurs au service de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté

Comme nombre d’acteurs de l’insertion, le réseau des Groupements de Créateurs se réjouit de l’ambition et des orientations novatrices de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté annoncée par le Président de la République le 13 septembre dernier.


Présents au sein d’une trentaine de Missions Locales et autres structures d’insertion
(voir l'annuaire des Groupements de Créateurs), les Groupements de Créateurs sont l’un des rares programmes dont l’impact positif sur l’insertion et les revenus des publics éloignés de l’emploi a été mesuré. En effet, l’évaluation randomisée menée par J-PAL et Sciences Po dans le cadre du Fonds d’Expérimentation pour la Jeunesse (consulter le rapport d'évaluation), auprès de 902 jeunes demandeurs d’emploi de moins de 25 ans, a clairement permis de démontrer l’impact significatif du programme Groupement de Créateurs sur :
- la remobilisation des jeunes sur des parcours de formation (+86%)
- l’accès à l’emploi (+23%)
- la hausse de leurs revenus d’activité (+27%) et leur moindre dépendance aux revenus sociaux (-8%).

Les résultats récents du réseau témoignent également de la pertinence du programme, avec un taux de sortie positive de 57% (voir le Rapport d'actiivtés 2017 de l'ANGC). Cette efficacité est d'autant plus remarquable auprès d’un public éloigné de l'emploi, de moins de 25 ans pour la majorité (65%), issu des territoires fragiles (40%) et de faible niveau de qualification (74% ont au plus le niveau Bac, 40% sont de niveaux V et infra). Bien que les Groupements de Créateurs soient aujourd’hui essentiellement tournés vers un public de moins de 25 ans, les allocataires du RSA représentent une part non négligeable de leur public (10% en 2017).

Comment le programme Groupement de Créateurs parvient-il à agir aussi efficacement sur l’insertion des personnes éloignées de l’emploi ?

Les principes d'action du programme Groupement de Créateurs tranchent avec l'esprit et le contenu des programmes habituellement proposés en visant avant tout l’autonomie des personnes, leur capacité à choisir et prendre en main leur avenir :

  • Le programme encourage les nombreux demandeurs d’emploi ayant envie d’entreprendre à oser en parler, en agissant sur la barrière de l'autocensure particulièrement prégnante au sein du public éloigné de l'emploi.
  • Il vise en premier lieu la revalorisation et le développement de la confiance en soi par la considération apportée à toute personne, quels que soient son parcours et son projet.
  • L'accompagnement est non-directif, avec un mode opératoire activant l'autonomie des bénéficiaires, à savoir leur capacité à s'exprimer, s'informer, réfléchir, décider, et agir par eux-mêmes. La spécificité de l'accompagnement des Groupements de Créateurs réside ainsi dans la posture professionnelle de l'accompagnateur vis-à-vis du porteur de projet : le programme cherche à amener le porteur de projet à entreprendre au sens de se prendre en main, et à être l'acteur de son projet.
  • Le programme Groupement de Créateurs s'appuie sur le développement de compétences cognitives et comportementales activées par la pédagogie de projet : le projet initial de création du bénéficiaire est considéré comme une option possible et le programme consiste à travailler concrètement sur ce projet en allant de l'idée elle-même jusqu'aux aspects les plus concrets de sa mise en œuvre.

Cette orientation distingue donc le programme Groupement de Créateurs des programmes classiques d'accompagnement, qui sont davantage fondés sur l'idée de procurer des conseils, des compétences techniques ou des aides financières sans passer auparavant par cette phase de prise en main individuelle de son projet et de ses compétences.

Pour les bénéficiaires souhaitant concrétiser leur projet de création, le programme Groupement de Créateurs comporte par ailleurs une formation à la gestion d’entreprise, sanctionnée par un Diplôme d’Université de Créateur d’Activité (DUCA) et reconnue par la certification professionnelle Entrepreneur TPE de niveau IV. Accessible sans le Bac, la formation au DUCA / Entrepreneur TPE est dispensée par un IUT , la structure d’insertion porteuse du Groupement de Créateurs, et un organisme de conseil en création (BGE, CCI, etc.).

Les Groupements de Créateurs sont fédérés au sein de l’Association Nationale des Groupements de Créateurs (ANGC), qui anime leur professionnalisation, leur consolidation, leur communication nationale et leur développement. Né à Sénart en Seine-et-Marne en 2000, le réseau vient de doubler son nombre d’implantations en passant de 13 sites en 2017 (avec plus de 1000 personnes accompagnées) à 26 sites en activité aujourd’hui, répartis sur 10 régions métropolitaines et 2 DOM (Guadeloupe et La Réunion).
Ce développement n’aurait été possible sans le soutien de La France s’engage, du Fonds National d’Innovation (PIA), de l’Agence France Entrepreneur, du Fonds Social Européen, mais aussi de partenaires privés tels que la Fondation Entreprendre, la Fondation Société Générale pour la Solidarité, le PAPE EDF et la Fondation Carrefour.

Fort de ces résultats, le réseau des Groupements de Créateurs, dont la finalité est d’accompagner les personnes vers l’autonomie et l’emploi, propose de mettre son expérience au service de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté par les propositions suivantes :


Proposition relative à la mesure n°9 (une obligation de formation des jeunes jusqu’à 18 ans pour assurer à tous des compétences et mieux maîtriser leur destin) > transformer le mode de relation aux jeunes par une action nationale de formation des Missions Locales

La mobilisation des jeunes décrocheurs de 16 à 18 ans dépendra d’un facteur essentiel : leur motivation à se former. Or ces jeunes sortent de parcours scolaires semés de difficultés, d’échecs et d’orientations subies, ce qui a dramatiquement abimé leur confiance en eux-mêmes et en les autres, ainsi que leur estime de soi. Ils sont donc souvent devenus réticents voire fermement opposés à toute forme d’obligation institutionnelle, d’autant plus si elle ressemble à un cadre scolaire.

Aussi, pour renouer le lien avec eux, il est indispensable de transformer notre mode de relation :
> en allant à leur rencontre individuellement, avec empathie et bienveillance, pour permettre à chacun de se savoir considéré
> en commençant par les écouter, leur donner la parole sur leurs difficultés, mais aussi et surtout leurs aspirations, leurs rêves, leurs ambitions
> puis en leur proposant de les accompagner dans la concrétisation de leurs aspirations, ce qui, naturellement, les mènera vers la formation et l’emploi, comme en témoignent les résultats de l’évaluation d’impact des Groupement de Créateurs.

C’est avec une telle approche que les Groupements de Créateurs parviennent à atteindre des jeunes qui, pour certains, s’étaient résignés à leur situation d’échec, et avaient renoncé à être accompagnés par la Mission Locale ou tout autre opérateur.

Tout dépend donc de la posture professionnelle adoptée dans la relation avec les jeunes, et ceci dès le premier contact. Aussi, l’ANGC propose de mettre en place une action nationale de formation à la remobilisation des jeunes, destinée aux conseillers Missions Locales, qui visera :
- l’acquisition d’une posture professionnelle favorisant la confiance des jeunes et leur motivation à être accompagnés et se former
- le repérage et la mobilisation des acteurs en contact avec les jeunes (associations sportives ou culturelles, maisons de quartier) en tant que relais auprès des jeunes.


Proposition relative à la mesure n°10 (un accompagnement vers l’emploi des jeunes : Plus de 100 M€ consacrés à des solutions d’accompagnement vers l’emploi pour les jeunes des plus fragiles en complément d’une extension de la Garantie jeune) > mettre en place une "Garantie Jeunes Entrepreneurs"

La Garantie Jeunes est fondée sur la logique du « work first » : susciter des immersions en entreprise à partir des opportunités fournies par le marché du travail, pour multiplier les occasions pour les jeunes de découvrir des métiers dans des situations concrètes, et, ainsi, ouvrir de nouvelles perspectives de projets professionnels. Malheureusement, la pédagogie de la Garantie Jeunes aujourd’hui exclut toute dynamique entrepreneuriale.

Or concevoir et monter un projet, qu’il s’agisse d’une entreprise, d’une association, d’un événement ou de toute autre activité nouvelle, est aussi une formidable opportunité pour développer des compétences, mieux connaître ses aspirations, ses atouts et ses faiblesses mais aussi son environnement, que le projet aboutisse ou non.

De plus, il se trouve que l’aspiration à entreprendre fait partie des aspirations les plus répandues parmi les jeunes mais qu’elle ne trouve pas de réponse aujourd’hui ! En effet, selon une étude UNML-ANGC menée en 2013 et réitérée depuis sur plusieurs territoires urbains et ruraux, 43% des jeunes ont déjà imaginé créer leur entreprise ou association, mais parmi eux, 18% seulement en ont parlé à leur conseiller Mission Locale. L’étude a permis d’identifier les deux facteurs de cette autocensure : un manque de confiance en eux et en leur projet et leur perception de la Mission Locale comme dédiée uniquement à l’emploi et la formation.

Aussi, fort de ce diagnostic et d’expériences d’articulations entre le dispositif Garantie Jeunes et le programme Groupement de Créateurs déjà menées par certaines Missions Locales porteuses de Groupements de Créateurs, le réseau propose la mise en place d’une nouvelle « Garantie Jeunes Entrepreneurs » afin :
> de mobiliser davantage de jeunes sur la Garantie Jeunes à partir d’une nouvelle entrée fondée sur l’expression de leurs aspirations à entreprendre.
> de permettre l’expression de nouvelles demandes non-exprimées jusqu’ici, alors qu’elles pourraient servir de catalyseur d’insertion.
> d’apporter une sécurisation financière aux jeunes souhaitant travailler sur un projet d’entreprendre.

Par ailleurs, il serait souhaitable que la Garantie Jeunes Entrepreneurs soit accessible aux nombreux jeunes ayant déjà créé une activité sous statut auto-entrepreneur (telle que VTC ou livreur) mais qui se retrouvent dans une situation de précarité, afin de leur permettre de repenser et de structurer leur projet.


Proposition relative à la mesure n°12 (création d’une Garantie d’activité combinant accompagnement social renforcé et insertion dans l’emploi pour 300 000 allocataires par an) 
> accompagner les allocataires du RSA en prenant appui sur leurs envies d'entreprendre

De nombreux demandeurs d'emploi s'autocensurent et n'osent pas exprimer leur envie d'entreprendre auprès de professionnels susceptibles de les accompagner. Ainsi, ils ne franchissent pas la toute première étape indispensable au montage d'un projet. Or si toutes les aspirations à entreprendre ne pourront pas se concrétiser sous la forme d'une création d'entreprise, toutes méritent d'être accompagnées car elles sont un catalyseur potentiel d'insertion au sens large, qu'il est regrettable de ne pas exploiter.

En utilisant l’envie d’entreprendre et les compétences acquises par la pédagogie de projet comme catalyseur,  le programme Groupement de Créateurs permet l’insertion des demandeurs d’emploi, dont les allocataires du RSA.

Aussi, l’Association Nationale des Groupements de Créateurs propose de mettre son expérience et son expertise au service des acteurs qui accompagnent des allocataires du RSA, par la diffusion des pratiques professionnelles du réseau des Groupements de Créateurs au sein des opérateurs accompagnant les allocataires du RSA, par un programme de formation nationale.

Par ailleurs, une action spécifique de mobilisation pourrait être mise en place auprès des publics les plus susceptibles de s’inscrire dans l’exclusion et la pauvreté :
> en direction des jeunes qui deviennent allocataires du RSA à leurs 25 ans
> en direction des jeunes dont les parents sont allocataires du RSA
> en direction des jeunes relevant de l’ASE à partir de leurs 18 ans
afin de les aiguiller vers un accompagnement à l’émergence de projet en Mission Locale, où ils pourront être accompagnés jusqu’à leurs 26 ans révolus.


> Pour plus d'informations concernant ces propositions, vous pouvez contacter l'Association Nationale des Groupements de Créateurs : info@groupement-de-createurs.fr.

> Pour consulter la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvretéhttps://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/dossiers-de-presse/article/strategie-nationale-de-prevention-et-de-lutte-contre-la-pauvrete


Publié le 10/10/2018

Retour

Association Nationale des Groupements de Créateurs
462, rue Benjamin Delessert
77550 MOISSY CRAMAYEL
tél : 01 64 13 82 79
courriel : info@groupement-de-createurs.fr
Mentions légales | Création site